Récupérons l’Europe des grands projets

20 septembre 2018

Tribune de Guillaume Arquer, élu des Français de l’Etranger, pour Tribune Gaullienne.

En cette rentrée politique 2018, la question européenne, à huit mois des élections au Parlement de Strasbourg, refait surface et occupe une grande part du débat politique national. Si cette question est dominée par la confrontation entre gauchistes, fédéralistes, souverainistes et isolationnistes, je souhaiterais à travers ces lignes évoquer un aspect qui est largement oublié car masqué par des préoccupations en apparence plus urgentes mais qui n’en est pas moins essentiel à mes yeux, à savoir : quelle est l’orientation politique qui sera menée en matière de coopération communautaire et en l’occurence de grands projets.

Enfant, j’ai été bercé par la progression et la réalisation de grand projets européens tels Airbus ou la conquête spatiale européenne. L’évocation de ces projets, souvent couronnés de succès, faisait partie de mon quotidien et était pour moi source de fierté et de confiance dans le futur du projet de construction européenne. Force est de constater que les années passant, tout ceci a été relégué au second plan. Que s’est-il passé pour que cette espérance et cette confiance en l’avenir se soient estompées et que l’évocation de la construction européenne ne rime plus désormais qu’avec les concepts de bureaucratie bruxelloise, de pensée unique dominante, de normes allant à l’encontre de la préservation de nos terroirs, de financiarisation extrême, de négation de nos valeurs civilisationnelles ? Une partie de la réponse réside dans la question. La bureaucratie bruxelloise, non élue, a été largement infiltrée par les enfants spirituels de Mai 68. Pour ces élites mondialistes, fédéralistes, déconnectées des hommes et des terroirs, l’Europe ne représenterait à terme qu’un marché unique de citoyens globalisés ayant oublié leurs terroirs et leurs racines pour devenir une masse amorphe de consommateurs manipulables. C’est pour cela que ladite bureaucratie bruxelloise est plus encline à promouvoir, via le thème migratoire par exemple, des campagnes qui mènent à la menace de notre identité commune, ou bien à se fourvoyer dans des considérations « minoritaristes » quitte à se fâcher avec de nombreux peuples et gouvernements de pays constitutifs de notre Union. Les décisions de la CEDH en sont un exemple tout à fait significatif.

Dans notre famille politique, héritière du gaullisme, nous ne sommes ni mondialo-fédéralistes ni isolationnistes. Nous croyons que pour redonner à nos administrés une envie saine d’Europe, il est indispensable de nous fédérer de nouveau autour de grands projets industriels qui par leur force deviendront de grandes réalisations civilisationnelles. Ceci ne peut se faire que si nous avons, au sein de notre Union, une politique industrielle intégrée sur la base de nos intérêts communs. Le bradage de nos fleurons industriels français doit cesser. Nos groupes leaders doivent, via des synergies avec nos partenaires européens, devenir des promoteurs de projets dans lesquels non seulement l’Europe sera perceptible au quotidien par nos concitoyens en leur apportant plus d’emplois de qualité, mais aussi symboliser pour nous et les générations futures une fierté et un espoir européens qui ira bien plus loin que les simples préoccupations liées à l’emploi.

Nous, populaires européens, avons pour challenge de devenir suffisamment hégémoniques d’ici huit mois pour nous affranchir des influences toxiques de tous les mondialistes et fédéralistes, qui s’emploient jour après jour à diluer notre identité européenne sous de belles paroles idylliques. Ils sont le principal frein à la récupération d’une politique ambitieuse de grands projets industriels qui, de l’Algarve à la Baie de Finlande, redémarrera et sans doute sauvera une construction européenne sur des bases saines, orgueilleuse du passé et des traditions, mais délibérément tournée vers l’avenir.

Guillaume Arquer, référent de Les Républicains de l’Etranger, élu des Français de l’Etranger et conseiller consulaire d’Autriche

2018-09-20T18:35:45+00:00