Notre Projet 2018-05-05T12:03:19+00:00

Notre projet

L’Union des Jeunes pour le Progrès vise avant tout à proposer un projet pour la France.

Notre projet, c’est votre participation à la chose publique, dans son ensemble. Nous devons le construire ensemble, au travers de nos travaux, des tribunes, des prises de position politique et des publications.

Ce projet de société est un projet global qui doit reposer sur des valeurs fondamentales et partagées. Ces valeurs essentielles sont en grande partie celles qui ont constitué le cœur du gaullisme social, tout en sachant prendre en compte les formidables évolutions qui ont façonné notre société depuis les quarante dernières années. Ce projet est celui de recréer un espace public du « bien vivre ensemble » intégrant des notions importantes telles que la justice sociale, l’éthique, l’égalité des chances, le mérite, l’exigence de participation des citoyens à la vie politique. Ce projet est celui de la modernisation de la France, dans un monde où tout change de plus en plus rapidement : modernisation technologique, modernisation sociale, modernisation économique.

A la question de savoir si l’UJP est une association à classer à droite ou à gauche, la réponse est simple : que vaut aujourd’hui cette dichotomie réductrice alors que nous ne devrions cesser d’inventer un monde nouveau ?

Oui, nous sommes libéraux car nous pensons que la création de richesse permet à l’Homme de s’élever. Mais nous ne pouvons cautionner les dérives de certaines formes de libéralisme. La financiarisation de l’économie telle que nous avons pu la connaître, avec toutes ses dérives, n’apporte que misère et dégradation morale. La modernisation que nous pensons souhaitable et nécessaire doit impérativement s’allier à une vision sociale et à une conception éthique : le progrès sans la morale, la modernité sans les racines ne sont qu’aliénation sans âme. Il ne saurait ainsi être question d’abandonner nos valeurs humanistes, nos racines culturelles et notre fibre sociale au profit d’un progressisme qui serait conçu comme une fin en soi. L’UJP souhaite la mise en place d’un modèle économique prenant pleinement en compte la participation des salariés au capital de leur entreprise, se veut un vecteur de promotion de la culture et des traditions françaises, et appelle à ce que la défense du plus faible soit toujours pris en considération, notamment dans le contexte des évolutions en matière de bioéthique.

Il s’agit enfin, à travers ce projet, de prouver que notre génération n’est pas celle des « enfants du désenchantement », d’imaginer l’avenir que nous souhaitons voir se concrétiser pour nous et les prochaines générations.

D’un point de vue institutionnel, la Constitution de la Vème République a beaucoup évolué depuis 1958. Au gré des révisions, elle a donné plus de place à l’architecture communautaire, redéfini les grands équilibres institutionnels… Là encore, il faut s’y adapter sans perdre de vue que l’intérêt des Français est supérieur à la querelle du pouvoir ou aux intérêts partisans. La représentation nationale n’est pas la somme de Députés de circonscription mais bien l’intérêt de la Nation représenté par ses membres les plus éminents, porteurs des aspirations nationales.

Tournée vers l’Europe sans abandonner la volonté gaullienne de défendre l’indépendance nationale, l’UJP plaide pour une Europe cohérente, forte et unie politiquement, dont la finalité serait, en plus du maintien de la paix et de la prospérité sur le continent, la protection d’une civilisation millénaire et la défense des intérêts des Européens sur la scène internationale. Cela passe par la préservation de l’euro, l’affirmation d’une Europe puissance et protectrice dotée d’une véritable politique industrielle. La France doit continuer d’y jouer un rôle prépondérant, notamment au-travers du couple franco-allemand. C’est par son influence en Europe que notre pays pourra continuer à faire vivre les principes qui le caractérisent. L’Union Européenne de demain ne saurait être elle-même sans l’esprit français.

Cette influence passe également par une certaine indépendance de la France. L’UJP voit ici sa volonté de promouvoir une culture particulière, de conserver un certain libre arbitre, ou encore de garder une marge d’action dans les grandes instances internationales.

Dire non à l’inéluctable, ne pas baisser les bras devant les événements, refuser toute abdication, qu’il s’agisse du combat inégal inhérent aux guerres asymétriques ou du recul de la francophonie (qui est pourtant une richesse essentielle par les mille variations qu’elle offre de la langue française…), tels sont des enjeux qui questionnent l’UJP.

L’Union des Jeunes pour le Progrès veut donc faire vivre cette synthèse entre tradition et modernité et faire perdurer un exemple qui ne cesse d’être une source d’inspiration en France et à travers le monde. A l’image de Robert Grossmann écrivant dans la postface de L’Appel du Gaullisme, nous partageons ses mots : « Affronter l’incertitude des temps nouveaux, c’est l’éternel défi du gaullisme ».

Nous contacter