Appels à manifester le 17 novembre : les Français ne veulent plus être « emmerdés » !

29 octobre 2018

Tribune de Romain Naudin, secrétaire-général et porte-parole de l’UJP et vice-président des Républicains d’Assas, parue le 29 octobre 2018 dans Contrepoints sur les appels à manifester et bloquer le pays le 17 novembre en réponse à l’augmentation des taxes sur les carburants.

« Qu’on arrête d’emmerder les Français ! » : le mot de Pompidou est connu et continue de résonner à l’heure où le gouvernement Philippe a encore une fois décidé de s’attaquer au pouvoir d’achat.

Depuis quelques jours, les appels à manifester le 17 novembre se multiplient sur Internet, annonçant de forts remous politiques et sociaux. L’exaspération populaire est logique, s’expliquant par la hausse, devenue insoutenable, d’une fiscalité désormais perçue comme nuisible et inefficace.

L’annonce du gouvernement sur une prochaine hausse des taxes sur le gazole et l’essence s’inscrit en effet dans la lignée des politiques successives en matière de fiscalité : cerné par la dette et incapable de réduire la dépense publique par de véritables réformes structurelles, l’État macronien socialisant persiste à vouloir prendre toujours plus dans le portefeuille des Français, classe moyenne en tête. Comment, alors, s’étonner que nombre de citoyens en aient assez et souhaitent descendre dans les rues pour crier leur colère et leur ras-le-bol ?

Les Français ont été patients : ils ont mis au pouvoir la droite sarkozyste, qui a pu les décevoir sur de nombreux points – la crise financière ayant de plus aggravé la situation. Ils ont ensuite essayé la gauche socialiste, qui a conduit le pays au bord du gouffre. Ils ont finalement accordé leur confiance à Emmanuel Macron, ce tenant d’un « ni droite, ni gauche », qui ne change pourtant rien à l’affaire et poursuit en partie la politique de son prédécesseur consistant à anéantir la classe moyenne, qui contribue pourtant de manière décisive à la richesse de la France.

Les gouvernants doivent se réveiller : « ceux qui ne sont rien » mais qui sont tout de même matraqués fiscalement ne veulent plus être traités comme des vaches à lait. Payer toujours plus d’impôts, mais pour quoi ? Pour des services publics en voie de délitement, qui fonctionnent de moins en moins bien ? Pour que l’État puisse tranquillement financer une nuée d’obscures associations et de hauts fonctionnaires inutiles ? Pour que monsieur Darmanin puisse faire croire que sont menées des réformes d’ampleur, alors que seuls de faibles ajustements sont entrepris au niveau de la dépense publique ?

La mascarade fiscale doit cesser : l’écologie et la justice sociale ne sont que de grossiers prétextes pour s’en prendre à l’épargne collective et à tous ceux qui travaillent et font fonctionner le pays. À 46 % de taux de prélèvements obligatoires par rapport au PIB, la France est championne d’Europe des impôts. La gronde qui s’élève actuellement montre que les Français n’en peuvent plus et ne sont pas là pour financer un Etat toujours plus inefficace.

Le Président Macron gagnerait assurément à écouter ce mécontentement ambiant et à cesser cette folie fiscale au lieu de penser que ses opposants sont forcément nationalistes et populistes.

Romain Naudin, secrétaire-général et porte-parole de l’UJP et vice-président des Républicains d’Assas

2018-10-31T13:54:38+00:00